Festival

di letteratura di montagna, viaggio, avventura

Alp-info.ch - Verbania: Incontro con Gao Xingjian

Alp-Info [http://www.alp-info.ch/FrMain.asp?idLang=ita&idRubrique=4]

Lunedì, 9 Luglio 2007

Alp-info.ch - Verbania: Incontro con Gao Xingjian
Ce n’est pas tous les jours que l’on peut rencontrer un Prix Nobel de littérature. Nous avons eu la chance – lors du 1er Festival LitterAlture à Verbania, sur les rivages du Lac Majeur – de côtoyer Gao Xingjian, un écrivain hors du commun. Au-delà de l’intérêt pour l’ouvrage "La montagne de l’âme" qui lui valut le prix Nobel en 2000, c’est la rencontre d’un homme doté d’une grande simplicité naturelle qui a la faculté de transmettre la vraie valeur de la vie tout court.

Un parcours contrasté

Son parcours de vie n’a pas du tout été facile, mais c’est justement à cause de cela qu’il est passionnant et très intéressant. Il nous a confié que, tout petit déjà, il dut s’approcher de l’écriture car sa mère exigeait qu’il tienne un journal. C’est donc à l’âge de 8 ans que le petit Xingjian fut confronté à la composition écrite. Ce sont là ses premiers pas dans le monde de l’écriture comme forme d’expression pour véhiculer ses idées. Il ne faut pas oublier que cet homme est né en Chine et que, surtout à cette époque, le régime qui gouvernait le pays était tout sauf libéral, donc évidemment pas très tolérant avec les esprits libres.

Assoiffé de liberté

Il s’est vite aperçu – déjà jeune étudiant à l’Université – ne pas pouvoir donner libre cours à ses pensées puisque le système ne le permettait pas. Il devait même se méfier de ses camarades car ils allaient facilement rapporter aux supérieurs tout propos qui ne correspondait pas à l’idéologie du pouvoir en place. D’autre part, lui-même brûlera certains de ses écrits pour échapper à toute forme de rétorsion. Ayant pris conscience de cela, Gao Xingjian entreprit une longue marche, non seulement physique mais aussi dans son esprit, afin de se soustraire à ce monde trop étroit pour un penseur tel que lui.

La France, sa terre d’exil

Assoiffé de cette liberté, il se refugia en France (où il vit depuis 20 ans), terre pour lui synonyme de liberté où il pourra enfin publier l’ouvrage qui le consacrera grand écrivain et qui le fera entrer dans l’olympe des grands esprits littéraires. Un succès presque mondial bien mérité, avec une ombre au tableau pourtant : le manque de reconnaissance de la part de la Chine, son pays natal, qui aujourd’hui encore a de la peine à lui reconnaître ses mérites d’écrivain. Mais comme le dit si bien Gao Xingjian "Je m’en fous !". Une expression qu’il emploiera souvent de manière très colorée et convaincante. Selon lui, avoir ou ne pas avoir de succès, c’est bien égal. Pour cet homme, seul compte être bien avec soi-même et ses amis ainsi que pouvoir s’exprimer librement. Une belle leçon de modestie venue d’un personnage éclectique. En effet, Xingjian, en plus d’être une fine plume, se consacre à la peinture, au théâtre et à la cinématographie. Il vient d’ailleurs de réaliser un court métrage déjà très apprécié par ses amis. Même dans cet art, peu lui importe le jugement des autres, car du succès "il s’en fout !".
Marco Patruno

 
Contatti Facebook Twitter YouTube
 

LetterAltura è patrocinata e sostenuta da
 

All rights reserved © 2007-2010 Associazione Culturale LetterAltura
Associazione con personalità giuridica privata - Determinazione Regione Piemonte n° 169 del 20/03/2013
Privacy | Disclaimer | P. IVA IT02052260037 | c/o Hotel Il Chiostro • via Fratelli Cervi, 14 • 28921 Verbania (VB) | tel. 0323 581233